Thérapies spéciales du hibou qui aident à récupérer non seulement les troubles physiologiques, mais aussi à guérir les problèmes mentaux

Le Britannique Alex Goodwin a vécu beaucoup de choses pour un garçon de 11 ans.

À l’âge de 8 ans, on lui a diagnostiqué un cancer des os et après cela, il a subi une chimiothérapie douloureuse, ainsi qu’une chirurgie et une radiothérapie.

Alex a souvent eu du mal à faire face à toutes les adversités, mais la thérapie ou le traitement du hibou lui a apporté un grand soutien et de l’espoir.

Ces hiboux ont reçu une formation spéciale afin de participer au programme de thérapie animale, c’est-à-dire un traitement avec l’aide d’animaux.

Le père d’Alex conduit régulièrement son fils à plus de 160 km de chez lui, du Leicestershire au Cheshire, où le garçon joue et interagit avec les hiboux de la crèche.

Tout d’abord, Alex avait un petit hibou nommé Murray. La propriétaire de Murray, Anita Morris, a elle-même lu des informations sur le garçon malade sur les réseaux sociaux et a proposé Murray comme animal de compagnie temporaire pour Alex, afin qu’Alex prenne soin de l’oiseau, marche avec l’oiseau et oublie ses maladies.

Anita travaille comme psychologue, convaincue qu’une telle thérapie est extrêmement utile pour les enfants en bonne santé et encore plus pour les enfants malades. Depuis 2005, Anita dirige sa propre pépinière de chouettes thérapeutiques « Hack Back CIC ».

Selon Jeff, le père du garçon, s’occuper de la chouette est devenu un véritable soutien moral pour son fils. « Pour Alex, c’était une autre raison importante de se battre et d’avancer », a déclaré Jeff.

Alex a subi des procédures très douloureuses, il se déplaçait en fauteuil roulant. Et il faisait souvent des cauchemars la nuit.

Alex a joué et communiqué non seulement avec un hibou. Après le hibou Murray, Alex a reçu une chouette effraie puis une petite chouette à face blanche.

Anita visite souvent diverses institutions, notamment des écoles et des prisons. L’une de ses premières expériences a été une thérapie par le hibou avec huit femmes condamnées.

« Les femmes ont été condamnées pour de petits délits et elles ont reçu une punition très sévère, ce qui a entraîné une très faible estime de soi et elles se sont senties sans valeur et très malheureuses. Mais à la fin de la thérapie, leur état d’esprit avait complètement changé. Ils ont commencé à penser plus positivement. Ils ont réalisé que la vie est merveilleuse et qu’ils peuvent réaliser quelque chose d’important », a déclaré la femme.

Anita passe aussi beaucoup de temps avec des enfants autistes. Ces dernières années, de nombreux hôpitaux au Royaume-Uni ont adopté un programme de thérapie animale. Auparavant, cette pratique n’était répandue qu’aux États-Unis. Non seulement les chats et les chiens sont utilisés pour les thérapies, mais aussi les poneys, les lapins, les oiseaux et même les alpagas.

Majlesom